GOXI

sharing in governance of extractive industries

Pushing for increased information on mining local procurement in West Africa with the LPRM (en français)

Below is an exciting update in French from Ahamadou Mohamed Maiga, who has been working with Publish What You Pay and Mining Shared Value on an OSIWA-supported project in West Africa to promote use of the Mining Local Procurement Reporting Mechanism (LPRM; MRAL en français). A proper English translation is in the works - for now Google Translate does a reasonable job. 

ACCROITRE LA PRODUCTION DE L’INFORMATION DANS LE CADRE DE L’APPROVISIONNEMENT DANS LE SECTEUR MINIER A TRAVERS LE MECANISME DE REPORTING SUR L’APPROVISIONNEMENT LOCAL (MRAL)

Les ressources minières constituent des ressources stratégiques pour les États africains. Leur exploitation contribue à l’accroissement macro-économique desdits États. Toutefois, elle est tant bien que mal intégrée dans le développement micro-économique constituant, par conséquent, un élément révélateur du paradoxe lié à l’abondance des ressources minières et à l’augmentation de la pauvreté en Afrique.

 

Des défis d’ordre socio-économique et environnemental, le partage de la rente minière ainsi que l’intégration des entreprises nationales et de l’emploi local dans la chaine de l’exploitation des ressources minières constituent des enjeux fondamentaux faisant échos au sein de l’opinion national. Afin de faire face à ces défis et enjeux relatifs à l’exploitation des ressources minières, des politiques minières ont été adoptées dans nombreux États africains promouvant le local content. En Afrique de l’Ouest, particulièrement, des lois minières et politiques relatives au contenu local prévoient des dispositions relatives au recours aux entreprises locales et emplois locaux. Toutefois, ce recours est conditionné à des exigences de prix, de qualification, de délais de livraison et de qualité de produit réduisent considérablement le nombre d’entreprises locales dans le secteur minier au profit de la sous-traitance étrangère.

 

Par ailleurs, l’absence ou l’information peu suffisante et existante, non seulement, en termes de chiffre mais aussi de nombre d’entreprises fournisseurs ou sous-traitantes nationales dans le secteur minier permettent difficilement d’établir un statistique réel sur le seuil d’impact de l’exploitation minière.

 

A l’égard de ces différents constats, une Organisation non gouvernementale canadienne, Mining Value Shared, établit le Mécanisme de Reporting sur l’Approvisionnement Local dans le Secteur Minier (MRAL) commandité par l’Agence Allemande de Coopération Internationale (GIZ) et financé par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Économique et du Développement. Ce mécanisme permet d’obtenir un certain nombre d’information qualitative et quantitative sur toute la chaine de sous-traitance, notamment la société et/ou le site minier faisant l’appel d’offre, les différentes procédures de soumission, la catégorisation des sous-traitants ainsi que leur domaine et champ d’intervention, la nature et le montant des prestations, les formations de renforcement de capacités fournies par les sociétés minières au profit des fournisseurs et sous-traitants etc. Les objectifs principaux étant d’asseoir une transparence dans la chaine de sous-traitance, faciliter la gestion administrative des sociétés minières en termes de reporting et permettre aux États d’avoir un droit regard sur le recours aux entreprises locales et emplois locaux afin d’établir un statistique fiable.

 

Dans le cadre de sa vulgarisation en Afrique de l’Ouest, un projet de plaidoyer du MRAL a été initié par ONG Mining Value Shared avec un appui financier de l’ONG Open Society for West Africa (OSIWA) Sénégal et piloté par l’ONG la Fondation pour le Développement au Sahel (FSD) Mali en collaboration avec les différentes coalitions Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP).

 

Ce projet de plaidoyer couvre quatre (4) pays, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Niger et la Guinée Conakry. Des séances de formation des coordinateurs nationaux du projet ont été effectuées courant janvier 2019 par le Consultant, Dr. Ahamadou Mohamed MAIGA, afin de les outiller sur le MRAL pour une plaidoirie efficace. Pour ce faire, une maitrise des problématiques contextuelles des pays relatives à l’approvisionnement local dans le secteur minier est indispensable. Ainsi, tous les États concernés devront établir un plan d’action reflétant les besoins desdits États en termes d’approvisionnements et d’emplois locaux. L’objectif final étant de permettre aux États d’adopter ce mécanisme de reporting et lui conférer une valeur juridique contraignante afin de permettre une meilleure transparence dans leur industrie minière. Pour ce faire, des discussions et débats devront être menés par toutes les parties prenantes, les ministères de tutelle, les sociétés minières, société civile pour une meilleure compréhension du MRAL – forces et faiblesses – afin de faciliter son application dans lesdits États cibles.

Les prochaines étapes seront donc les suivantes :

  • Dissémination du MRAL par les coalitions PWYP ;
  • Appropriation du mécanisme par toutes les parties prenantes ;
  • Discussions entre les parties prenantes ;
  • L’application du MRAL dans les États cibles.

Views: 106

Add a Comment

You need to be a member of GOXI to add comments!

Join GOXI

Conveners

           GOXI Partners

Videos

  • Add Videos
  • View All

© 2019   Created by Kobina Aidoo.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service